Le site Les belles années du music-hall marseillais a pour vocation de présenter des salles de spectacles, des artistes et des genres qui ont contribué à faire de Marseille l’une des capitales du music-hall entre le 19ème et le début du 20ème siècle.

Je le dédie avant tout aux Marseillais qui m’ont fait découvrir l’un des plus beaux trésors de leur patrimoine, puis à tous ceux qui souhaitent découvrir ou redécouvrir une partie de l’histoire des spectacles de Marseille.

Je tiens également à remercier mon entourage proche pour leur soutien et en particulier, mes parents et Gérard.

Je souhaite également remercier l’équipe de l’ACOPAD de la rue du Jeune Anacharsis de Marseille (enseignants et chargées d’accueil…) ainsi que mes collègues avec lesquels j'ai partagé la vie de tous les jours durant presqu'un an. Ils m’ont permis de décrocher un beau diplôme et de pouvoir insérer un site dans l’immense toile du web.
Avant d'entrer à l'ACOPAD, la dernière fois que j'ai rédigé des lignes de code, c’était dans les années 80, il s'agissait du langage Basic sur un Amstrad CPC 6128... Autant vous dire que cette formation fut épique mais combien enrichissante!

Je n’apprendrai rien aux passionnés de music-hall, ni aux historiens qui n’ont eu de cesse de révéler cet aspect de la vie culturelle de Marseille. Mais je les remercie vivement pour leurs écrits qui m’ont apporté une contribution indispensable.

Ce site essaie de vulgariser l’histoire du music-hall marseillais. Je souhaite également qu’il puisse donner l’envie d’approfondir le sujet et pour cela j’engage le visiteur à lire les écrits d'auteurs spécialistes comme Pierre Echinard, Jacques Cheyronnaud, Jacques Bonnadier, Claude Barsotti … ; je ne peux pas tous les citer ici, mais je m'efforce sur chaque page consacrée à un établissement, un artiste ou à un genre, de vous rendre compte d'une bibliographie. Sur internet, il existe quelques sites de référence très bien documentés:
le hall de la chanson, du temps des cerises aux feuilles mortes en font partie.
Pour une lecture en ligne de la presse d’époque , je vous recommande le site Gallica qui est une mine de trésors inestimable.

Ce site n'est pas terminé, il s'enrichira progressivement tant sur le contenu que sur la forme.

Bonne exploration!

Nolwenn Repellin

N.B. :
L’ACOPAD m’ayant seulement enseigné comment construire un site, n’est pas responsable du contenu et des illustrations que j’ai insérés dans ce site.